Translate - traduire

03/09/2019

ROMANO




ROMANO, Les lettres à Grand-père
est  paru, juste avant de partir en vacances, aux
Éditions Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud




"J'ai écrit beaucoup d'autres choses, poésies, contes, chansons... mais ce livre est sans aucun doute celui qui me tenait le plus à cœur de voir publier.
J'ai enfin eu la chance d'avoir un éditeur, pour qu'il sorte.
Tenir le livre en main, quel auteur n'en rêve-t-il pas ? 
Qu'il soit lu est la cerise sur le gâteau. Voilà ce à quoi je m'attèle aujourd'hui. "

Alors si vous avez envie de le découvrir, pour le trouver, il suffit d'un clic ici :


ou ici


Mais il est aussi diffusé ailleurs, chez Amazone par exemple

et, pour ceux qui me connaissent, si vous désirez une dédicace, 
je peux vous l'adresser
il suffit de me le demander.




Prix du livre : 15€

envoi postal :

Normal : 3€99

Suivi : 4€99

Recommandé : 5€99

Lectures : 
Des lectures-dédicaces vont être organisées, si vous souhaitez m'en proposer, je me ferai un plaisir de me déplacer. 
Bien à vous,  
Adamante


10 commentaires:

  1. Bonjour Adamante,
    Je me réjouis pour toi et je souhaite un beau succès à ton livre.
    Fabrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie Fab, je réponds un peu tardivement mais je suis contente d'avoir de tes nouvelles. Depuis la fin de google+, il y a des gens que j'appréciais visiter qui ont disparu de ma blogosphère lorsque je ne les ai pas retrouvés sur fb. Merci de ta visite ici.

      Supprimer
  2. C'est super...
    Je ne manquerai pas de le commander bientôt.
    La couverture est magnifique, j'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Quichottine, la couverture est de moi (j'y tenais). Je réponds un peu tard, mais le tems... Amitiés

      Supprimer
  3. merci à toi de me l'avoir dédicacé. Je l'ai lu à réception plusieurs soirs d'affilée en livre de chevet, un beau moment pour retrouver le calme avant la nuit, il y a déjà ... je ne sais plus combien de semaines et je t'ai promis de te donner mes impressions ... Le temps passe vite et je ne l'ai pas encore fait mais promis c'est promis.
    Je souhaite le succès à cet écrit très personnel en effet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Jeanne, je réponds un peu tard ici, mais ton commentaire m'a touchée. Ce livre est un écrit du cœur, et je suis heureuse qu'il puisse accompagner quelques rêveries maintenant qu'il m'a quittée pour vivre sa vie. Amitiés

      Supprimer
  4. Page à page
    sur tes chemin de vie
    j'ai cheminé

    à la fois pareille
    et toute autre

    Mon bout du bout n'est pas le tien. Il lui ressemble. Source de vie au plus près de la nature, il permet de se nourrir chaque jour de l'instant.

    Pourquoi courir
    quand marcher suffit
    respiration

    les yeux ouverts
    sur son quotidien

    Les racines familiales sont si fortes. L'oiseau peut construire son nid ailleurs, la source de son élan de vie reste en leur berceau. Chance immense de la transmission solide des grands-parents, je m'y abreuve sans cesse.

    Grand-père ou grand-mère
    le lien du sang
    coule en nos veines

    Avec nous toujours
    au-delà de tout


    Une belle lecture, merci pour la dédicace !

    Une page en mon jardin, mercredi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Annick pour ce haïbun qui me touche beaucoup. Merci.

      Supprimer

  5. En voici un titre !
    Une énigme, plus qu’une porte d’entrée vraiment transparente !
    Et bien malin, qui de là, peut déduire ne serait-ce que l’essentiel du contenu.
    Ce livre se savoure, il se ressent autant qu’il se lit.
    « Romano » d’abord !
    Une pirouette qui vaut la peine de la curiosité et le détour de la lecture.
    Il ancre (encre) semble-t-il un destin dans une anecdote, une dette enfantine…
    Les Lettres, ensuite…
    Certes, il est bien question tout au long du livre de missives, mais reste la question pour le lecteur de bien comprendre où s’origine ces écrits et à « qui » ils s’adressent.
    On n’est pas, avec ce recueil, forcément loin de l’œuvre diaristique, ou de l’échange épistolaire (surtout dans un sens, quoique …) mais on en déborde largement le fond : ici la quête est personnelle, et touche autant à l’expression poétique, qu’au partage d’une expérience intérieure essentielle.
    La poésie retrouve, là, son essence première, celle que lui donnait les Grecs, pour qui elle se confondait avec un pouvoir « divin » et avec les origines de l’Univers.
    « Romano » est de plus structuré dans sa forme, autant que dans son contenu.
    Ponctué de tankas, après chaque adressage en prose, ceux-ci font apparaitre la quintessence de chacune des lettres.
    Elles sont d’ailleurs relevées de quelques photos frappantes, qui donnent à l’œil le temps de l’esthétique, le temps de se projeter et respirer.
    Faut-il dévoiler (si tant est que c’est possible) « qui » est ce Grand-père que le livre dévoile lentement, page après page et jusqu’à la dernière, tout en les précédant chacune ?
    Sans doute vaut-il mieux ne pas le faire. « Dé-finir », ne devrait-il pas étymologiquement conduire hors des limites, plutôt qu’à cerner la réponse impossible de mots supplémentaires.
    Elle n’en mérite pas moins que le lecteur se laisse gagner par cette question et qu’il plonge à la suite de l’autrice en quête de ce « Grand-père » qui nous concerne chacun, afin de nous ouvrir à des vécus possibles et fort sincèrement partagés dans les divers textes.
    Il y a dans ce livre, des passages d’une bien fine sensibilité, d’une humanité profonde et d’une sagesse vécue sans, pourtant, aucune prétention à rien conduire, ou rien indiquer à quiconque.
    Une quête décrite, oui, un vrai chemin d’expériences (reçues et/ou ressenties) en termes de qualités et d’images, à diverses grandes heures d’une vie simple, actuelle et engagée : un cri de révolte parfois nourri de la confrontation à l’absurde ou à l’injuste.
    Un livre où la poésie se conjugue en vers comme en prose, où la musique et la polysémie des mots sont portées par un cœur ouvert, en dialogue avec la Vie qui l’anime et la déborde .

    Un lecteur qui a beaucoup aimé et lu ce livre comme on boit à la fontaine à sa gourde, à plein gosier ou à la régalade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Serge, vous ne m'en voudrez pas d'avoir mis ceci sur mon mur fb. Je vais ouvrir une page pour le livre et je ne manquerai pas de l'y mettre aussi. Encore merci, merci, merci.
      De ROMANO
      "J'ai reçu ce témoignage ce matin, et j'ai envie de vous le partager. Non pour la gloriole, la vanité n'en serait que trop évidente, je fais partie de ces millions d'auteurs inconnus qui ont plus de risque de le rester que de chance (?) de décrocher le Goncourt. Non ! j'ai envie de vous le partager car, ceux qui écrivent et donnent cette partie d'eux-mêmes qui déborde, puis ont ensuite la chance d'être publiés, le savent, c'est une profonde joie que de lire de tels témoignages.
      Je vous laisse avec Serge de la Torre, et je le remercie du fond de mon cœur d'éternelle enfant émerveillée :"

      Supprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci de votre visite et de vos commentaires. Ils sont en attente de modération, donc pas de Captcha. Et si vous choisissez de commenter sous "Anonyme", signez d'un pseudo ou prénom, c'est toujours plus sympathique.