Translate - traduire

24/10/2021

Voyage en morse des routes


C’était la nuit, le moteur ronronnait au fur et à mesure que la route défilait. Dans l’habitacle le silence me berçait. À demi éveillée, à demi endormie, à demi n’importe quoi dans le noir de la nuit, je flottais, regardant mes idées cavaler librement au gré de leur fantaisie. Attention aux virages !


le ciel étoilé

les bas-côtés ombrageux

hypnose, ô hypnose


Les étoiles jouaient à saute-mouton dans les frondaisons des géants que nous croisions. Y-aurait-il des routes à la cime des arbres ? En bas, des phares aveuglants trouaient la nuit : « haut les mains, voyageurs, minuit passé gare aux rôdeurs ! » Un cavalier qui surgit de la nuit court vers l’aventure au galop, son nom… Mon héros ! Court Tornado, envole toi par-dessus les nids de poule !


le morse des routes

pour établir quelque lien

l’espace d’un souffle


Le temps qui s’éternise s’efface de lui-même dans la torpeur d’un corps privé du mouvement. J’étais dans la dauphine de mon père, pas avec ce conducteur fantôme qui disparaissait dans la nuit. J’avais cinq ans, adieu tout ! Je pouvais dormir tranquille.


le temps est abscond

notion d’une situation

tout aussi abstraite


la tête et les mots se vident

dans l’espace indéfini.



Adamante Donsimoni ©sacem

 


le héros qui surgit toujours hors de la nuit !




L'herbier de poésie que je pilote

18/10/2021

Le grand cirque de la nature



   Son dessin s’étire, ondule à la surface de ses rêves. Son trait serpente, flâne comme les badauds musardent en sifflotant. Les fleurs de son printemps intérieur parsèment sa création. Ils sont si tristes les murs de la ville, si plein d’ennui ! Alors il les maquille. Et voici que commence la formidable, la phénoménale représentation du grand cirque de la nature. 

 

 Jacques Prévert* en Monsieur Loyal, du haut de son ciel où dieu est un grand lapin* qui connaît la musique, harangue  la foule sous les roulements de tambours : 


- Venez, venez, grands enfants, petits enfants, enfants du troisième âge, enfants du premier âge, venez. Quittez les rails, partez à l’aventure, cueillez la vie, cueillez les rires, faites-en des bouquets et offrez les autour de vous ! 

André Hardellet qui a revêtu la salopette du peintre rajoute  : 

 

- Choisissez le chemin le plus long pour aller, faites des détours, alanguissez-vous dans ses méandres, partez à la conquête de la liberté ! 

 

   Alors comme pris d’une envie irrépressible de bonheur, ceux qui les écoutent, qui les regardent, sentent vibrer en eux le germe de la vie, cristal pur et inaltérable de la magie.

   Adamante Donsimoni ©sacem


* Écritures Saintes


Image et autres textes ici L'HERBIER DE POÉSIE P 44





 

01/10/2021

LE FAISEUR D'ACCUEIL & autres contes

 

Mon dernier livre "LE FAISEUR D'ACCUEIL & autres contes" 

vient de paraître aux Éditions Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud. 



Sur l'océan des mots, le conte. Dans cet ouvrage, format 160 x 240, illustré par l'autrice, sur papier bouffant 115 g, couverture qualité soft Touch, trente-deux contes se tricotent avec le cœur, en vers, en prose, à l'envers, à l'endroit... Un voyage initiatique sur les routes de la tendresse parsemées d’humour.


"Nous sommes à la veillée, en Creuse ou ailleurs, et Adamante conduit le conte (...) Ses récits vous conduisent dans son imaginaire, peuplés de rêves colorés." Serge Mairet, traducteur de « Roumi par le Texte et L’image », auteur de « Sur le Pont Flottant Céleste » 




desssin "l'œil du dragon"

 

« Cet ouvrage porte un regard spirituel, existentiel sur le monde au travers du rêve et de l’imaginaire :  

« l’Enfant et les cailloux », « le Faiseur d’accueil », « la Nuit » …   

Certains, plus humoristiques, jouent avec les mots, les concepts : 

« les Dés sont jetés »,  « Tigro et Cigogna »,  « la  Véridique aventure de Mimi » … 

D’autres se font légendes : « Songes du Solstice d’été », « le Coquillage géant de la plage du Bernard l’Hermite », « la Légende de la Création » …  

Quelques-uns portent le frisson : « l’Ankou », « le retour dans la brume » …  

D’autres encore sont nourris d’enfance : « la Marguerite », « l’Enterrement du Papé » …  

Ces récits prennent source dans le merveilleux qui accompagna la vie de l’autrice, vie dédiée à l’expression artistique intimement liée à la spiritualité ; ils témoignent de ce que peut être le chemin de l’existence, la beauté, la sagesse, la force et la fragilité du monde et de l’humain.»


Illustrations originales (couverture & pages intérieures) Adamante





Le penser en cadeau pour Noël ? 


Voilà une excellente idée qui  ravira les amateurs de contes et légendes, d'humour et de poésie.



Vous pouvez :

- Me le commander en direct (avec dédicace). 

Pour l'envoi, il faut tenir compte de son poids  (422 g) tenant à la belle qualité du papier. Le coût en lettre suivie est de 6,39 € 

- L'acquérir lors d'une lecture dédicace, la prochaine se tiendra à l'Agora le 7 décembre prochain . Je vous en reparle ici très vite.

- Ou directement à la FNAC (site)


Il était une fois... page 15


    Organisation de lectures dédicaces :

Si cela vous intéresse, je peux aussi me déplacer pour une lecture-dédicace. Je peux être accompagnée de deux musiciens (guitare et flûte Peûl). 
Mon précédent livre "ROMANO Les Lettres à Grand-père," paru chez le même Éditeur, ayant souffert de la situation Covid, (toutes les lectures ont été abandonnées), je pourrais le présenter par la même occasion. 


 

20/09/2021

Le Magnifique

 


LE MAGNIFIQUE





Le Magnifique



Il a rencontré le feu

Il y a perdu ses feuilles

Mais quelque part

Profond

Sous la terre

Les doigts d'un autre le rassurent

Quelque sève circule encore

Dans son tronc foudroyé

Il se dressera encore longtemps

Fantôme magnifique

Tant que l'amour de l'autre

Le soutiendra.


Qui a dit que l'Humain

Était l'apothéose de la création ?


Adamante 





23/05/2021

 





 

Torpeur d’un soir d’été


     Le silence de la terrasse, où je goûte un semblant de fraîcheur, griffe les tentures de la nuit que tissent les chants des grillons. Dans la touffeur du soir, le souffle de leurs élytres fait à peine vaciller la flamme des photophores. 

     J’aimerais entendre le son des carillons chinois, pour galvaniser un peu l’atmosphère, mais le vent est trop doux ce soir, il ne craint pas les mauvais esprits, comme tous, assoupis de torpeur. Tout est si calme…

   Mes pensées s’alanguissent, bercées par la danse des ombres qui s’enrubannent sur le mur de la maison. La chaleur fait s’appesantir les corps-Terre écrasés de Ciel. 

     Nul n’échappe à l’abandon et au poids. Troublante saveur d’été, ne plus bouger, regarder sans voir… Dériver.

    L’esprit est parti si loin à chevaucher les anguilles des ombres qui glissent sur le macramé de lumière en soleil couchant, toile arachnéenne où se piègent les papillons fous du mental.


Adamante Donsimoni 

23 mai 2021- ©SACEM




L'Herbier de poésie






 


29/03/2021

Fenêtre sur

 




Fenêtre sur un hypothétique possible

au pays de la liberté




Les masques sont de sortie

La nudité sautille

sans voile et sans remords


Oyez ! Oyez ! 

La grande pantomime

en sourires débridés

s'ébat ce soir dans la clairière


Venez applaudir

la femme zébulon

la femme tronc

la reine Guenièvre

le bébé charmeur

le lièvre et la tortue

le clown à trois têtes

les sœurs siamoises

le fantôme de l'Opéra

Le grand matou équilibriste

la créature d'Allien

rouge  flammes 

sang de braises

le feu

et


ceux qui se cachent encore

dans le grand chaudron magique de la création



Adamante Donsimoni ©sacem


L'Herbier de poésies


15/03/2021

Marcher dans la joie de vivre

 


 

  La joie de Vivre" de Henri Matisse

   Huile sur toile 174 X 238 cm 

   exposée à la fondation Barnes, près de Philadelphie.  


Marcher dans la joie de vivre, comme au premier jour. Goûter la vie, à même la peau, nue ; respirer par le souffle du vent


bonheur d’une ronde
comme des enfants heureux
rien qu’une utopie ?


Je marche dans une toile, emportée par la magie de formes et de couleurs délivrées du mensonge. Je respire la liberté, le regard ébloui. J’entends le message de la vibration primordiale tracée à la brosse sur une toile de maître


tout est simple et vrai

il n’y a que la beauté

qui s’exprime ici


Dogmes et religions ont confisqué la vraie nature des corps, ont confisqué l’idée même du bonheur originel, celui de la pureté enfantine, sans masque ni mensonge


pour le Paradis

on nous dit que c’est après,

qu’il nous faut souffrir


mais le Paradis en nous

vit au plus profond du cœur


Quelle miracle, un tableau qui offre de contempler la beauté et la vérité de corps parfumés d’ailleurs, que rien ne peut avilir. Ici le Paradis c’est maintenant, dans la joie de l’âme créatrice, enfin libre de danser nue, et sans reproche. 


chemin de l’amour

-mensonge que la laideur-

la vie est merveille


le temple sacré de l’âme

se situe au cœur du corps.



Adamante Donsimoni - 14 mars 2021

sur « la joie de vivre » de Henri Matisse



L'HERBIER DE POÉSIE  

Vous y découvrez d'autres poèmes sur le thème des Fauves

06/03/2021

Mongkol, le mélomane

 




Mongkol, le mélomane


Il progresse lentement, le vieil éléphant. Les sages ne sont pas pressés. Il s’avance vers ce rendez-vous insolite où un piano, en pleine nature, l’attend.


quelques cris d’oiseaux

le chant de la rivière Kwaï

tout n’est que musique


Le pianiste à son tour s’avance. Il assure sa partition contre le vent. Il est si aisé pour un papier musique de s’envoler à tire notes pour jouer les petits bateaux dans la rivière


quelques gestes lents

c’est le temps qui prend son temps

déjà un point d’orgue


Le vieux sage, tout près de l’homme, reste immobile. Il se prépare à goûter l’instant rare et précieux qui s’offrira à lui dès le premier accord. Il le sait, le silence intérieur qui apaise les corps est rituel de purification, indispensable avant le concert.


quel instant précieux

que celui d’une promesse-

le cœur s’ouvre en grand


Tout est prêt. L’homme vient de s’asseoir. Il attaque les première mesures saluées par quelques battements d’oreilles de l’immense mélomane. Le cœur exprime ainsi son trop plein


un balancement

la musique envahit le grand corps-

la tendresse


L’immense pachyderme, repose avec délicatesse le bout de sa trompe sur la berge. Est-ce pour mieux goûter ces vibrations d’amour que lui offre l’homme en train de jouer ? Comme c’est bon l’amour après une vie d’esclavage, après tant de contraintes, tant de souffrances et de blessures. 

Âme blessée, corps violenté ce vieux bûcheron a tant de douceur à offrir…


la musique apaise

c’est là sa grande magie-

le don de l’espoir.


Adamante Donsimoni ©sacem


Ce qu'en dit Paul Barton, le pianiste. 

 "Mongkol est un ancien éléphant bûcheron de 61 ans. Il a passé sa vie en captivité à transporter des arbres dans la forêt thaïlandaise. Son corps est déformé par le dur labeur, il a perdu son œil droit et ses défenses au cours de cette pratique forestière brutale.

Mongkol a été secouru et amené à Elephants World pour passer paisiblement le reste de ses jours, libre au bord de la rivière Kwai. 

J’ai découvert que Mongkol est un éléphant extrêmement doux et sensible qui aime la musique, surtout ce mouvement lent de Beethoven que je lui joue occasionnellement de jour comme de nuit. "   

https://www.facebook.com/PaulBartonPiano 

https://www.youtube.com/watch?v=_4AcjvsVn5k&ab_channel=PaulBarton 


L'installation du piano et le jeu, toujours avec Mongkol : 

https://www.facebook.com/PaulBartonPiano/videos/681924909144558 


et l'autre facette de l'Artiste 


 

 

08/02/2021

Quelques pas furtifs dans les hautes herbes

 




   Quelques pas furtifs dans les hautes herbes. Tous mes sens aux aguets, je voyage sur une musique couleur terre. Je perçois les effluves de liberté de ce monde sauvage qui s’offre à moi. L’attrait de l’inconnu me pousse à vaincre mes craintes, je décide de continuer dans cet imbroglio où les chemins se perdent afin sans doute de mieux me retrouver… Acte ultime peut-être, je plonge dans ma racine primaire


que se cache-t-il

dans cette sombre forêt ?

qui peuple la nuit ?


un sommeil, enfui trop loin

quelques soupirs de rosée



 J’avance à la découverte dans ce tableau surgi du monde intérieur qu’un autre a offert à la contemplation. Je ne risque rien d’autre que ma vie à me fondre dans cette profusion de formes aussi étranges que mon aventure. Se perdre à sa dimension personnelle c’est se retrouver dans la palpitation universelle qui sans cesse nous appelle. J’arrive !

 


un feulement doux 

deux grands yeux phosphorescents 

le cœur qui s’emballe


ne pas céder à la peur-

              j’arrive, oui j’arrive.



Adamante Donsimoni ©sacem



L'herbier de Poésies 

03/02/2021

Romano, les lettres à Grand-père

 








 Ce n'est hélas pas une grande surprise. Depuis l'an dernier, toutes les lectures prévues ont été reportées. 
Nous ne prévoyons plus de dates, nous attendons. 
J'espère surtout que ces lieux, essentiels à notre vie culturelle, ne connaîtront pas de difficultés irrémédiables car nous en avons un besoin vital.

 

Toutes mes pensées vont à Philippe Brizon pour l'Agora, à Dominique Casays  pour les Temps du Corps, à Christian Cazaubon pour le Café Vert... Si je suis triste de ne pouvoir tenir ces lectures, je le suis plus encore pour eux qui ont dû cesser toute leurs activités vis-à-vis du public.  

 



Ce qu'est Romano ? 

En attendant que vous-même puissiez le découvrir, je laisse à un lecteur et ami, Serge de la Torre, le soin de vous en parler :

 


 

Voici un titre ! 

Une énigme, plus qu’une porte d’entrée vraiment transparente !

Et bien malin, qui de là, peut déduire ne serait-ce que l’essentiel du contenu. 

Ce livre se savoure, il se ressent autant qu’il se lit. 

« Romano » d’abord ! 

Une pirouette qui vaut la peine de la curiosité et le détour de la lecture. 

Il ancre (encre) semble-t-il un destin dans une anecdote, une dette enfantine… 

Les Lettres, ensuite… 

Certes, il est bien question tout au long du livre de missives, mais reste la question pour le lecteur de bien comprendre où s’origine ces écrits et à « qui » ils s’adressent. 

On n’est pas, avec ce recueil, forcément loin de l’œuvre diaristique, ou de l’échange épistolaire (surtout dans un sens, quoique …) mais on en déborde largement le fond : ici la quête est personnelle, et touche autant à l’expression poétique, qu’au partage d’une expérience intérieure essentielle.

La poésie retrouve, là, son essence première, celle que lui donnait les Grecs, pour qui elle se confondait avec un pouvoir « divin » et avec les origines de l’Univers.

« Romano » est de plus structuré dans sa forme, autant que dans son contenu. 

Ponctué de tankas, après chaque adressage en prose,  ceux-ci font apparaitre la quintessence de chacune des lettres. 

Elles sont, d’ailleurs relevées de quelques photos frappantes qui donnent à l’œil le temps de l’esthétique, le temps de se projeter et respirer.  

Faut-il dévoilé (si tant est que c’est possible) « qui » est ce Grand-père que le livre dévoile lentement, page après page et jusqu’à la dernière, tout en les précédant chacune ? 

Sans doute vaut-il mieux ne pas le faire.   

« Dé-finir », ne devrait-il pas étymologiquement conduire hors des limites, plutôt qu’à cerner la réponse impossible de mots supplémentaires.  

Elle n’en mérite pas moins que le lecteur se laisse gagner par cette question et qu’il plonge à la suite de l’auteure en quête de ce « Grand-père » qui nous concerne chacun, afin de nous ouvrir à des vécus possibles et fort sincèrement partagés dans les divers textes. 

Il y a dans ce livre, des passages d’une bien  fine sensibilité, d’une humanité profonde et d’une sagesse vécue sans, pourtant, aucune prétention à rien conduire, ou rien indiquer à quiconque. 

Une quête décrite, oui, un vrai chemin d’expériences (reçues et/ou ressenties) en termes de qualités et d’images, à diverses grandes heures d’une vie qui se vit comme simple, actuelle et engagée : un cri de révolte parfois nourri de la confrontation à l’absurde ou à l’injuste. 

Un livre où la poésie se conjugue en vers comme en prose, où la musique et la polysémie des mots sont portées par un cœur ouvert, en dialogue avec la Vie qui l’anime et l’entoure.  

Serge de la Torre




Vous pouvez commander le livre auprès de moi  
-dédicacé-
via le formulaire de contact
ou encore sur les sites habituels (FNAC, Amazon...)