Translate

19/11/2013

Et soudain l’évidence


Au-delà de la mort
des murmures
les paroles d’un maître
désincarné
enseignement sans mot
ultime sagesse offerte à l’écoute

Par-delà l’illusion
soudain
la certitude
la joie profonde
la paix
la tendresse originelle
tout est si calme

Le métro pourtant
charrie ses flots humains
je lis sur les visages
ternis par les laideurs
la beauté des êtres
je perçois cette racine enfouie
de l’essence sublime
je vois l’espoir
vivant
autour de moi chacun le porte en lui
il ne peut que fleurir
annihiler les peurs
conjurer la folie
c’est écrit
sur ces visages
derrière ces regards fatigués

C’est écrit.

©Adamante sacem - 2013


13 commentaires:

  1. Bonsoir Adamante... Voilà un métro et son flot de va et vient analysés avec ton oeil avisé, ces visages tristes et gris ne montrent que le quotidien, mais derrière.... chacun vit d'espoir qui le fait avancer encore et encore.... bien à toi... JB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Jill, ce jour là j'ai vraiment vu l'espoir enracinée dans l'humanité.

      Supprimer
  2. Savoir regarder au-delà du réel , de l'apparence et tout est différent.J'aime beaucoup ce poème.Douce journée Adamante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Erato, ce regard perce l'illusion et efface le défaitisme ambiant. Belle soirée.

      Supprimer
  3. J'aime cet espoir écrit...
    Merci, Adamante.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Quichottine, je crois qu'après la pluie sera le soleil et là, je l'ai vu.

      Supprimer
  4. C'est écrit
    C'est à vivre
    Tout reste en devenir !

    RépondreSupprimer
  5. La mort c'est ne plus avoir d'espoir. Merci Annick de ta visite.

    RépondreSupprimer
  6. un terminus obligatoire à ce train de la vie

    RépondreSupprimer
  7. Un flot humain. On a tendance à l'oublier. C'est une belle idée ce poème du métro, et de la foule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'espoir était une évidence ce jour là et pourtant ces visages de misère... Se plus en plus nombreux. La misère, comme un rideau qui veut couvrir la vie et qui n'y arrive pas. Est-ce par la négation de l'homme que naît l'homme ?

      Supprimer
  8. Moi je dis que c'est très bien écrit
    A bientôt et bon week-end

    RépondreSupprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.