Translate

22/03/2016

La quête

Il cherchait à s’en souvenir, mais son visage n’était jamais le même. C’était elle pourtant, son côté enfantin et cependant quelque chose manquait. Les détails s’affolaient oublieux du réel, en une imbrication aléatoire des formes. Une chose pourtant illuminait sa mémoire, le rose de ses joues, la finesse de ses traits. Mais ce rose, évocateur du printemps, portait en lui la tristesse qui caractérise l’éphémère et le déchirement qui sied aux amours romantiques.

Le grand Meaulnes, obsédé par son aventure d’un surréalisme sans fioritures*, hanté par ce lieu dont il a perdu le chemin, dessine chaque jour la carte pour tenter de le retrouver. Il se heurte aux croisements, s’éloigne, se reprend, hésite, recommence.
Avec l’impétuosité de sa jeunesse, il trace ainsi le portrait de sa quête.

©Adamante (sacem)
sur Senecio de Paul Klee


* Je suis émerveillée par le surréalisme dont fait preuve au début de cette œuvre (parue en 1913) l'écriture de Fournier, un surréalisme dénué des fioritures usitées par le mouvement surréaliste (1919) faisant suite au mouvement Dada (1916). On voit là la pâte des grands écrivains qui nous ouvrent en simplicité la porte d'une autre réalité qui jouxte notre quotidien.



2 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé Adamante... ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Un livre que j'ai beaucoup aimé.
    J'aime ce que tu en dis.
    Merci, Adamante.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.