Translate

12/02/2015

Avoir chaud quand il gèle

(Extrait de mes lettres à Grand père*)



Quel temps fait-il chez vous ? Ici le froid arrive timidement, la pluie, l’humidité et le vent nous accompagnent de plus en plus souvent.

Moi, je goûte la douceur d’avoir chaud dedans lorsque du dehors les éléments nous chassent.
J’ai toujours aimé me calfeutrer dans la tiédeur d’un refuge, lorsque la température extérieure se faisait hostile. Le tout, bien entendu, est d’être au bon endroit et d’avoir la chance de posséder le refuge.
Vous me connaissez, Grand père, j’ai mal pour ceux qui meurent de froid. J’aimerais que chacun ait la possibilité de connaître la joie d’avoir chaud, pelotonné au fond de sa demeure, fut-elle modeste, lorsque l’hiver arrive.
Avoir chaud quand il gèle est un luxe qui se refuse aux plus démunis. Avec la faim, il n’est pas d’injustice plus grande au monde. Le premier des droits de l’homme devrait être de ne jamais avoir froid, de ne plus jamais avoir faim, car la nourriture est chaleur.
Il faut goûter en conscience le bonheur de la chaleur d’un foyer pour comprendre la cruauté de son absence. Ce soir, je me repais de ce bonheur, des souvenirs qu’il génère.
Que de feux de bois brûlent dans ma mémoire, que d’heures, égrenées par la pendule ancestrale de mes souvenirs, continuent à rythmer mes impressions de la morte-saison bien au chaud.

Je n’ai plus envie de partir.
Ici, dans cette campagne creusoise, je crois retrouver le joyau de l’enfance, caché dans les prémices du froid. Chaleur d’une flamme, d’une soupe chaude, de bras qui se referment sur vous lorsque le sommeil vous emporte et que l’on est petit, tout petit.
L’entendez-vous Grand-père, l’escalier qui grince ?

L’enfant ne cesse de sommeiller en moi, je n’ai même pas besoin de fermer les yeux, j’y suis. Il fait bon vivre, papa et maman ne sont pas loin, rien de mal ne peut arriver.
Voyez-vous Grand-père, l’enfance n’est pas derrière nous, elle est au-dedans de nous, elle jouxte notre vie d’adulte.
C’est une grossière erreur de la croire derrière. Faut-il avoir abandonné le rêve pour en arriver à cette extrémité!
En vérité, abandonner le rêve c’est abandonner le réel. Je rêve donc je suis, car je me rêve depuis ma naissance jusqu’à ma mort !
Le rêve guide mes pas vers mon devenir, c’est ainsi, le reste n’est que mensonge.
Rien ne peut m’empêcher à chaque instant d’avoir l’âge de tous mes âges.
Je suis et serai une éternelle enfant, une éternelle adolescente, une éternelle vieille, le tout à la fois, inestimable cadeau de la vie.
Et je lui dis merci ! Il n’est pas toujours facile de voyager en elle, de se heurter à ce qui nous apparaît être ses contradictions et de conserver un semblant d’équilibre.

Mon cerveau est un funambule, il travaille sans filet au-dessus du gouffre des idées antagonistes.
La  sentez-vous la rupture Grand-père ? Le sentez-vous le point à ne pas dépasser pour ne pas plonger irrémédiablement sans espoir de retour ?

Je vis, cela ressemble une grande partie de poker.
Je joue, je remets tout en jeu. Le gain est éphémère, c’est là son principal attrait : jamais rien d’acquis, toujours tout à conquérir ; toujours veiller à secouer la torpeur qui parfois frappe par lassitude, par oubli du mouvement.

Mais vous le savez, vous, Grand-père, l’idée de la mort est une invention humaine, une absurdité, tout juste un épouvantail pour effrayer ceux qui ont rogné leurs ailes et tremblent devant l’inconnu.

Je vous connais Grand père, de quoi pourrais-je avoir peur ?

Adamante ©SACEM

*Mes lettres à Grand père sont des promenades épistolaires empruntant à la poésie chinoise, magnifiquement servie par des Maîtres comme Li Po ou Wang Wei, la narration de l’instant qui se donne à vivre et des réflexions qui l’accompagnent, en témoignant d’expériences du quotidien, toujours reliées à une certaine recherche spirituelle dépourvue de toute implication religieuse.
Ce choix de concevoir cette œuvre sous la forme de lettres me semblait correspondre parfaitement pour converser avec un personnage virtuel, apparenté à un confident, un sage, un témoin discret de mes questionnements. 



6 commentaires:

  1. J'ai un temps gris et frais, par moment avec gelée blanche mais pas de neige, alors oui un toit, un feu, une soupe, que tous n'ont plus, quel luxe ! Déjà enfant je l'avais, mais nous ne connaissions pas tant de SDF... ni les restaus du coeur, et autres banques alimentaires... une époque formidable pour qui a un job bien payé, sinon... !! Merci adamante !

    RépondreSupprimer
  2. Garde toujours en toi l'enfant qui sommeille et surtout, ne laisse jamais tes rêves s'envoler.
    Passe une douce journée Adamante. Merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
  3. L'hiver apporte sa part de rêve, l'envie de rassembler les beaux souvenirs d'autrefois, l'odeur du feu de bois, de la bonne soupe chaude, de ma mamée silencieuse devant la cheminée, ces moments pétris de l'amour de nos anciens, c'est, un beau texte Adamante, bien que je vois poindre la vieillesse sans plaisir... Que garderons nos enfants de ces moments du temps passé ?

    RépondreSupprimer
  4. Je suis une éternelle enfant, une éternelle adolescente, un éternelle vieille. Que j'aime ces mots.
    Se sentir bien dans le chaud de sa maison. Malheureusement, il y a des moments ou même bien au chaud, j'ai froid. Mais ça ... Cela ne m'empêche pas d'aimer la vie.
    J'aime tes lettres à Grand-Père.
    Amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le froid intérieur, il y a tant de causes... Mais l'amour de la vie fait la vie et donne la force de vivre et d'avoir chaud. Merci, Pimprenelle, tes visites me font beaucoup plaisir.

      Supprimer
  5. Bonjour chère Adamante!
    Enfin je trouve un moment pour te faire une petite visite, quelle mauvaise blogueuse je suis!!
    Tout d'abord un grand merci pour tes visites, elles me touchent toujours beaucoup :)
    Tes mots me rappellent qu'en effet, nous vivons dans l’illusion (le rêve: the "Dream time" comme l'appellent les aborigènes d'Australie)) et que la vraie Vie se trouve dans une autre dimension...
    Et oui: notre enfance c'est nous, notre vie d'adulte c'est toujours nous alors quelque part tout est mêlé et finalement très cohérent!
    Je t'embrasse et te souhaite une belle journée au chaud!!

    RépondreSupprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.