Translate

03/05/2016

La bonté du masque



Roulent les flots d’un monde moussu de détergents stériles.
Vitrine d’un entre-soi de bien-pensants se penchant sur les misères du monde, se félicitant de tant de clairvoyance, se congratulant de tant de générosité.
Et pendant ce temps, le prisonnier innocent continue de croupir en sa prison plurielle, celle de tous les horizons fermés où n’arrive pas une note de ces voix justes capables de gonfler les gosiers sur la mélodie de l’ego.
Le chant de l’oiseau, incantation au lever du jour, a bien plus de force pour ouvrir la porte des geôles. Cette force-là, cette magie sans calcul, a la grâce de l’amour qui se donne par amour.

Adamante (sacem)





 

4 commentaires:

  1. Bonjour Adamante... La politique se félicite tjs, mais le peuple n'est pas dupe... ;-)

    RépondreSupprimer
  2. peu de mots pour peu et avec force. Le prisonnier en sa prison multiple est lui aussi innombrable
    bravo et merci pour ce rendez-vous

    RépondreSupprimer
  3. "ces voix justes capables de gonfler les gosiers sur la mélodie de l'égo"
    Magnifique phrase qui me donne l'image d'un soufflé énorme et prétentieux.... qui retombe juste au moment de le présenter aux invités... Va savoir pourquoi j'ai cette image d'un coup ! Sans doute à cause de l'air dont il se gonfle ?!
    J'ai relu plusieurs fois ton interprétation... avant de partir vers les petits oiseaux des Vosges et le cœur palpitant de 2 jeunes plein d'espoir...
    Il paraît que la météo sera belle !!!
    Plein de bisous Adamante et merci pour ces partages si enrichissants...

    RépondreSupprimer
  4. Il y a toujours eu, il y a encore et il y aura toujours ceux qui sont satisfaits d'eux au détriment des autres. Heureusement il y a toujours un oiseau qui sait, lui, ouvrir les portes.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.