Translate - traduire

26/08/2017

Les yeux fous de la ville



 
Que regardent les yeux fous de la ville, bras tendus vers un avenir incertain ?
Le vent arrache aux cheminées un sifflement aussi ulcéreux que le vin des pauvres. Non loin du ciel, les dômes contredisent la douceur attendue de l’arrondi. Ils sont fermeture, couvercles posés là pour étouffer les esprits rebelles, les âmes éprises de liberté. Affreux symboles d’un « Sacré cœur » dévoyé au profit de l’intégrisme. Il n’est point de compassion dans ce monde sans amour ou la rédemption se dresse comme une menace. Sans amour pas de pardon, sans pardon, la mort.
Quelques croix fantomatiques se dressent vers les nuages. C’est le cri du silence, le masque d’une béance qui déchire l’histoire humaine. Il n’est pas jusqu’à la couleur qui ne sombre, dans ce monde automnale où l’on ne récolte que feuilles mortes.

Adamante Donsimoni (©sacem)
vendredi 25 août 2017 



Photo
Sur une photo d'Arnaud Bouchet

5 commentaires:

  1. Un texte fort pour une image incertaine où "l'intégrisme" du peintre semble "colérer" contre ses couleurs récalcitrantes.

    RépondreSupprimer
  2. Waouh, tes mots épousent la peinture ! J'ai cru pouvoir les lire sur l'Herbier mais le mail me dit n'existe pas, bref, au plaisir Adamante, ici ou là, Jee Bee

    RépondreSupprimer
  3. Des feuilles mortes...
    C'est fou ce que ces mots me parlent ce soir.
    Très belle page, Adamante.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  4. Un beau texte sur cette ville indispensable mais qui recèle tant de pièges !
    Merci Adamante

    RépondreSupprimer
  5. " Les yeux fous",un malaise envahissant pour cette ville qui s'enlise dans le chaos; j'aime beaucoup ce texte qui s'harmonise parfaitement avec mon ressenti du tableau. Merci Adamnte

    RépondreSupprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci de votre visite. Faites un heureux jour.