Translate

01/05/2014

Inondation



Un banc dans la boue
le regard s’y repose
en contemplation

l’esprit s’apaise et vogue
sur les rives inondées.

Partout, la force des eaux impose son silence.
Le flot emporte biens et meubles, efface toute certitude, réduit à néant l’idée de la sécurité si chère aux Hommes et leurs larmes stériles gonflent le courant indifférent au désarroi.
Les arbres se reflètent en ce miroir trouble où les herbes se font algues. Dans la nature tout s’adapte. C’est comme si l’éternité enracinait le temps pris au piège des métamorphoses.

Demain la décrue
la boue offerte au soleil
la renaissance.

©Adamante-sacem


6 commentaires:

  1. Je découvre ce blog !

    Merci !

    ***

    Les herbes sont mouillées,
    les herbes sont folles,
    le ciel est délavé,
    je cherche mes idoles...

    Loop

    RépondreSupprimer
  2. L'image et le texte sont splendides.
    Merci, Adamante, pour ce si beau partage.
    Passe une douce soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Quichottine, j'aime beaucoup la sensibilité de Fab.

      Supprimer
  3. un jour bien un jour mal tous les jours ne se ressemblent pas heureusement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont expérience quelle que soit leur couleur. Belle journée F.

      Supprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.