Translate

21/10/2016

La petite rose rouge






Tache de sang
sur le rire des herbes
que la lumière éclabousse.





Elle rêvait d’un métier où glisseraient entre les fils de trame les mains expertes d’un lissier.

Fille d’une bouture oubliée, elle était éclose dans le massif où dominaient des rosiers de haute lisse. Elle s’épanouissait timidement, avec des allures de bouton avorté. Mais elle était tellement attirée par la lumière qu’elle avait décidé de devenir fleur. Passé sa première nuit, surprise : elle incarnait la perfection en miniature.
Des pétales jaunes, blanchis par le temps, étaient venus s’échouer à ses pieds, offrant à sa beauté un tapis de lumière.
Je m’étais arrêtée, je m’étais accroupie et, dans le silence de nos âmes, je l’avais accueillie. Puis, sachant la durée éphémère de sa vie, je l’avais « immortalisée », tout au moins le temps de ma propre durée, car il n’est aucune photo pouvant immortaliser sa prise.
Bien après qu’elle eut disparu, en regardant son image parmi la moisson de l’été, j’ai senti vibrer en moi l’écho de sa courte vie. Elle me parlait encore, elle vivait là, quelque part en moi. Alors, répondant à son appel, je me suis emparée de ses formes, de ses couleurs, j’ai tenté, avec mes modestes moyens, mais avec toute la force de mon âme, de satisfaire son attente : elle rêvait d’un métier où glisseraient, entre les fils de trame, les mains expertes d’un lissier.
J’en ai fait une image à la façon des cartonniers* et son rêve est devenu mon rêve.
Qui sait, un jour, un lissier* la regardant lui offrira un ultime hommage, une place entre les fils de trame de son métier où glisseront ses mains expertes.

©Adamante (sacem)

*termes utilisés à Aubusson, capitale mondiale de la tapisserie où j’ai appris à dessiner.


5 commentaires:

  1. Il m'est arrivé de sécher une fleur dans un livre, comme pour me la garder indéfiniment, j'aime, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre éternité est un rêve, une projection de notre attachement aux choses de ce monde qui dure le temps d'un souffle. Bonsoir, JB

      Supprimer
  2. Je ferme les yeux et je pense à la chanson de Mouloudji, Comme un p'tit coqu'licot. Je lis ton texte délicat et j'ai en tête les vers de Ronsard, Mignonne allons voir si la rose ...
    Je regarde ton image et je me dis que Dom Robert, le moine peintre tapissier, aurait soutenu ton rêve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dom Robert, cela aurait été un immense honneur. Merci, Jeanne.

      Supprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.