Translate

28/10/2016

Portrait miroir, regard de sphinx

 
Vertige d’un regard porteur de vérité où le monde s’anéantit, où la pureté de l’être, la fraîcheur de l’enfant gardien du temple annihile tous les désespoirs, gomme tous les refus, désamorce toutes les guerres.

La colombe n’est plus qu’une tache blanche sur la toile, éclat de lumière libéré de la forme.
Le geste d’une pensée s’envole et nous rejoint, questionnant. Peut-on lire un reproche dans la symbolique des formes du tracé d’un regard ou, plissant les yeux, une immense tendresse ?
Dans  son immobilité apparente, la vie bouillonne d’un monde où tous les devenirs sont possibles. C’est à nous, spectateur, voyeur, inquisiteur, mais surtout impétrant de le traduire par la voix juste, de créer en toute responsabilité ce qui nous doit advenir. Portrait miroir, regard du sphinx, celui qui doute chavire. Il chancelle, disparaît. Pour avancer, il nous faut repousser la terreur au bout de la nuit, nous affermir dans la pureté de l’âme telle une goutte d’eau enceinte du soleil.
« Passe, tu es pur !* »
S’élèvera-t-elle cette voix des « Formes d’Éternité ?*»  Ouvrira-t-elle la voie au « lumineux d’aujourd’hui enfanté par hier ?*» S’il passe, il acquiert le pouvoir de donner la vie, la possibilité de poursuivre son chemin vers une autre porte pour déboucher un jour, fondu dans les formes divines, dans les champs de l’infini indéfini.

Le chemin des initiés se lit dans un regard d’enfant.

©Adamante (sacem)
*En référence au merveilleux livre désormais introuvable : « La toute puissance de l’adepte » de J.Ch. Mardrus, traduction et exégèses des hauts textes initiatiques de l’Égypte ancienne.

Sur un tableau d'Arnaud Bouchet  
pour la communauté l'Herbier de poésies

 
 
 

4 commentaires:

  1. Dans le regard d'un enfant il a toute l'innocence et la confiance en demain, hélas, adulte vite désenchanté, merci Adamante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, il est si facile de "tuer" l'enfant qui vit en soi.

      Merci, Jill.

      Supprimer
  2. magnifique texte Adamante à hauteur de l'acuité de vue et de pensée d'un enfant qui découvre le monde et quelquefois ses horreurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Jeanne. J'ai beaucoup aimé le tien, beaucoup.

      Supprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.