Translate

14/10/2016

Un soir au bord de l'étang

À la tombée du soir mangé de nuages, quelques ombres tremblantes se noient dans l’étang.
Des branches fantomatiques semblent surgir de ses eaux bouillonnantes et glacées qui phagocytent les dernières lueurs du jour. Des monstres sommeillent dans leur lit d’algues et de vase. Dès la nuit, ils s’éveillent et, revêtus de brume, disposent leurs filets d’angoisse et de terreurs dans la profondeur des eaux troubles. Sous la clarté lunaire, on voit les berges se couvrir de linceuls, un frisson d’épouvante court sur les herbes. Ici une autre vie, sans chaleur et sans pulsation, est à l’affût. On prend la fuite, il n’est pas l’heure, on s’empresse de retrouver lumières artificielles et bruits qui rassurent. On tire le voile, on parle haut, tellement heureux d’être encore vivant.

©Adamante (sacem)




2 commentaires:

  1. Parler haut, pour se prouver à soi-même qu'on est le plus fort... :)
    J'aime beaucoup ton récit, Adamante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors que le silence...
      Belle soirée, Quichottine et merci de ta visite.

      Supprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.