Translate

05/10/2016

Les petits pieds



Quelle douceur ce jour ! Le Dieu Soleil chevauche avec tendresse le vent qui me chuchote ses histoires vertes. Personne mieux que lui ne peut me faire rêver si loin.
Quand je ferme les yeux pour mieux voir, il me révèle le rire léger de la cascade. Elle est toujours là, qui danse, si joyeuse, tout en haut du parc, en lisière de la forêt interdite. Forêt plus sombre et plus inquiétante que jamais. C’est l’inconnu qui s’y cache, rivé à la terre par les terribles racines tentaculaires de ce monstre antédiluvien, que je soupçonne toujours à l’affût, tapi au fond de mes terreurs enfantines.
Je ne franchirai pas la frontière, pas plus aujourd’hui qu’hier, j’ai toujours dirigé mes pas vers la lumière, je n’ai aucun attrait pour les ténèbres.

La mousse frissonne sous mes pieds nus, à cinq ans, ils sont si petits.
Depuis ils ont grandi, mais ce sorcier de vent me rappelle qu’il y avait là « le petit pied à Papa » et « le petit pied à Maman ».
C’est ainsi qu’ils les avaient nommés et se les étaient partagés. Le gauche, à Papa, le droit, à Maman. Répartition toute naturelle quant, au matin, je me glissais entre eux deux, dans leur lit, pour les réveiller. Le rituel était immuable, à gauche je sentais la main longue et fine de mon père enserrer mon pied gauche tandis qu’il s’écriait : « le petit pied à papa !» À droite, celle plus menue de ma mère accordait sa chaleur à mon pied droit en s’écriant : « le petit pied à maman ! ».  Et ce n’était plus que rires.
Quelle merveilleuse façon de commencer une journée ils m’offraient là. Comme nous étions heureux ! 
Et voilà que maintenant, par la voix de ce sorcier de vent, je sens la présence de leurs mains sur mes pieds, si petits, si épanouis.

Oui ! Quelle douceur ce jour !
C’est parce que le Dieu Soleil le chevauche avec tendresse que le vent me chuchote mon histoire.

©Adamante (sacem)
le 10 avril 2014


4 commentaires:

  1. Un très doux souvenir, j'aime.
    Le vent est toujours notre ami. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un souvenir qui berce lorsqu'il fait froid dehors et que le vent souffle.
      Sourire.

      Supprimer
  2. Nous avons tous des anecdotes d'enfance, celle-ci est charmante et tendre, merci Adamante, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le parfum de la chambre et les premiers rayons du soleil sur l'édredon rouge... qu'il est doux d'être aimé(e), enfant.
      Merci à toi, JB

      Supprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.