Translate

25/11/2016

Le bassin aux poissons rouges



Dans le trouble des eaux où pourtant se reflète le ciel, quelques herbes aquatiques se balancent, doucement. Les yeux se perdent, s’oublient, boivent les nuages où se pose une libellule. La dimension de l’air fait place à celle des flots. C’est au-dedans que l’histoire se raconte, là où les poissons se rassemblent, en un conciliabule muet, pour une danse entre deux eaux. Accomplissement du rituel hermétique des concentrations, défi à la prétention humaine de tout savoir.
Dessous, une source sourdant de la vase fait bouger les papyrus. Ils s’inclinent et parfois se brisent. Une trop grande inclination envers cette déesse qui les nourrit leur a fait perdre la tête, à moins que ce ne soit le vent un peu trop brutal qui les a fait plier. Tout ne peut se résumer à l’interprétation humaine d’une quelconque déité qui les inciterait à se pencher ainsi avec dévotion affrontant le péril du pourrissement. Les herbes savent mieux que les Hommes qu’elles sont une part, une expression d’un Tout, au départ indifférencié, qui selon son gré prend formes, se plaisant à les multiplier. C’est lui le père-mère de la grande fratrie de la nature.
C’est sans doute la recherche de cette paix propre aux bassins qui fait s’asseoir auprès d’eux les rêveurs, les poètes et les philosophes, les vieilles gens et les enfants. Ils viennent y goûter un peu de la sagesse des mers, abandonnant pour un instant leur univers de dysharmonie où, par la répétition des fables du mental, ils risquent la mort par le dessèchement du cœur.

©Adamante(sacem)







4 commentaires:

  1. J'adore avoir de l'eau au jardin, fontaine, bassin aux poissons, quand on ne voyage pas souvent, c'est zen... merci Adamante,

    RépondreSupprimer
  2. Entre l'ordinateur, thème traité chez moi aujourd'hui et ce bassin, il y a deux mondes si différents... j'aime penser que j'ai l'immense chance de pouvoir bénéficier de l'un comme de l'autre, comme les rêveurs, les poètes et les philosophes, les vieilles gens et les enfants !
    (ma participation sera publiée sur mon blog lundi)

    RépondreSupprimer
  3. Prendre le temps de rêver devant un bassin...
    C'est apaisant.
    Merci pour cette page, Adamante.

    RépondreSupprimer
  4. Je garde le vent dans les herbes,les nuages en voyage et le doux miroitement de l'eau.
    Un bel instant de poésie.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.