Translate

22/11/2014

Silence et réalité


Seul le silence me semble réel. Le silence, seul capable de nous extraire de l’illusion, de l’interprétation pour peu que l’esprit se calme, que la parole se taise, que la respiration s’accorde au tout.  Alors, une nuit d’été à la campagne par exemple, la stridulation des grillons, leur frémissement dans les herbes tout cela devient silence, parole nue de la nature.

Qu’en est-il de la vérité ? Toujours si étrangement singulière quand on la nomme et pourtant si multiple. On la dit nue. Nue, comme n’ayant rien à cacher. Sorte de transparence, d’absence sans forme, sans visage. Une épure, une essence, l’évanescence d’une idée. La nitescence des aspirations fondamentales de l’Être sans doute.

Mais qu’en est-il vraiment du silence, qu’est-il, mis à part l’état d’absence de ce bruit, de ce trouble, de ces perturbations qui agacent la paix ?
Parce que le bruit est tout, il est partout, il est concomitant à la vie. Il pulse, rythme, il est repère, sorte d’ancre où s’amarrent les relations sociales et affectives. Il est l’hydre de nos expressions aux cent mille bouches tantôt vociférantes, tantôt annihilantes, tantôt muettes et sans tain. Il est présent sans cesse dans notre dimension, conforme au mécanisme de la vie qui s’exprime à chaque instant de manière audible.

Est-il une dimension qui ignore le bruit ? Le moindre souffle est son que ce soit dans les eaux, dans les herbes, dans les arbres, dans le ciel. La paix qui naît d’un son et nous calme, c’est cela le silence.
Une expression sonore tellement ténue qu’elle confine au mystère. Elle nous attire et nous fait la rechercher.
Le silence est un bruit qui porte vers l’essentiel. Il nous guide, réduit nos attachements, nous libère de l’interprétation et ce faisant nous retire de la confusion. Il nous élève vers la compréhension, le non agir.
Comme une barque glisse au fil de l’eau, livrée aux flots, sans rame, sans désir ni vouloir, on se coule dans le silence.

Silence : sept lettres. Sept : symbole magique de la connaissance et du renoncement.  Sept, pour exprimer l’idée d’un bruit réalisé, égalisé, pacifié, spiritualisé, homonyme de paix.
Bruit et silence ne font qu’un, chacun exprimant à son tour un état d’être. État changeant, suivant le chemin des transformations, le chemin du yin et du yang.
C’est dans ce silence, dans cette absence de pensée, qui n’est autre que la pensée rendue à son degré imperceptible, que naît la paix intérieure, ce repos indispensable à l’esprit pour toucher la vérité.
Témoigner du silence, c’est aborder le vide, le rien, l’absence de formes, de certitudes, de références. C’est quitter le confort du rail, partir à l’aventure sans bagages, s’arracher de tout et d’abord de soi-même, entrer dans la vibration, percevoir l’instant à la fois fugitif et éternel, pénétrer un monde où rien n’est établi, regarder sans  image et entendre sans mot.

Et pourtant j’écris, j’utilise les mots, pour ne pas oublier, pour tenter de retenir cette vérité. Pour la partager, je construis des phrases. J’énonce dans le même temps qu’il n’est pas de certitude, que mon écrit peut-être lui aussi mensonge, son antonyme. L’écrit n’est qu’un témoin imparfait.
Ce que j’écris naît de mon esprit instruit par mon expérience, cela prend forme par ma main. J’en suis l’interprète.
Mais je n’oublie pas que l’écrit divin engendra le blasphème et le blasphème la répression.
C’est  pourquoi je parle du silence, afin que les mots ramènent en nos mémoires qu’il n’est pas de parole infaillible.

Texte protégé SACEM

7 commentaires:

  1. Nous avons besoin des deux, silence, bruit, comme la nuit et le jour.... ;-) amitiés, jill

    RépondreSupprimer
  2. Je ressens profondément ce que tu écris. Ton travail avec le ci gong est là.
    Curieux, je suis, en ce moment, plongée dans un livre à propos du symbolisme. Je suis toujours étonnée de me rendre compte que, même sans vraiment connaître, on emploie les symboles.
    Bonne fin de soirée Adamante.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  3. J'ajouterai seulement ceci, Adamante : en musique, le silence est aussi important que le son. Tellement important qu'on le note et le mesure sur les partitions. Un jour, peut-être, l'humanité (re)deviendra "musicienne" et retrouvera l'harmonie.

    RépondreSupprimer
  4. ..il y a même des silences assourdissants...mais çà c'est un bruit qui court .

    RépondreSupprimer
  5. Merci Adamante d'être passée sur mon blog, je suis une blogueuse bien irrégulière!!
    J'ai beaucoup apprécié tes mots, comment ne pas être profondément d'accord?
    Mais on ne fera jamais taire l'humanité qui n'a pas le temps de s'arrêter, de méditer, de s'ouvrir vers l'autre et vers la nature... ou si peu. Dommage.
    Bizzz et bonne soirée!

    RépondreSupprimer
  6. Ce sont des questions que je me suis posées...
    Le silence total existe dans le vide artificiel créé par des machines... mais nous ne pouvons pas l'entendre, car, dans ce silence-là, il n'y a aucune vie possible.

    Mais il y a des silences apaisants, ceux où la pensée se réfugie et retrouve la sérénité.

    Merci pour ta page, Adamante.
    Pardon pour mon retard à te lire, je m'étais absentée.

    RépondreSupprimer
  7. Le grillon bât des ailes, l'herbe frémit sous le vent. Certes, ils semblent ne plus dire le bruit de l'humanité mais dans cette paix apparente nous ne nous en sommes qu'éloigné. Là, dans ce havre de paix, nous avons trouvé le repos mais nous sommes êtres marchant.
    Il est un grand silence et je te souhaite de ne pas le connaître.
    ATW

    RépondreSupprimer

Vous pouvez déposer ici, un mot, un poème, un sourire... merci.